Archives de la catégorie ‘Critiques’

Cover de l'album

Le Temps suspendu, trois ans d’attente pour avoir le nouveau bébé des Hurlements D’Léo … Un changement de line-up et des instants de pénurie qui auront pourtant permis au groupe de se sublimer, là est la bonne nouvelle car le contenu est largement à la hauteur de la patience des fans. Bordel de Luxe fait parti de ces albums à ne rater sous aucun prétexte en cette année 2011 !

Un son rock allié à des textes qui vous tiraillent littéralement les tripes, c’est ce qu’il faut retenir de ces douze pistes. Une atmosphère intimiste vient se répandre sur cette galette, ce qui n’est pas plus mal puisque avec un peu d’imagination on pourrait se croire sur la terrasse d’un café de la place Pigalle entouré de jolies filles. Ça sent le bon vieux Paris comme on l’aime !

Cuivre, corde, tambour, tout y est pour s’accorder à dire que ce n’est pas un simple groupe mais un magnifique orchestre, qui compose pour nous des morceaux qui devraient figurer dans n’importe quelle playlist d’amoureux de rock/java/chanson française. De ce côté aussi on peut affirmer que Les Hurlements D’Léo a franchi un pallier, moins de chichi, plus de percutant et de mordant c’est comme cela qu’on les aime finalement.

Malgré une attente qui pouvait paraître interminable, les titi bordelais reviennent avec ce nouvel album, Bordel de Luxe, bien plus abouti que les autres. Un mal pour un bien pour un groupe plein de promesses.

Méchet Jean

Tracklist :

  1. Bordel de luxe
  2. De l’allure
  3. Ticket pour le chaos
  4. La valse de Copenhague
  5. La Haine
  6. Trader of love
  7. No hier
  8. L’allumette facile
  9. Black heart in procession
  10. El Fuego
  11. Grand Merci
  12. Avril sur le Nil

It Feels So Good – Steve Tyler

Publié: 2011/05/12 par unlimitymusic dans Critiques, Rock
Tags:,

Cover du single

Après les effluves de rumeurs d’un fameux nouvel album inexistant d’Aerosmith (ils nous le promettent depuis 2004, on sait bien que ça va tomber mais il est peut-être temps d’arrêter d’attendre comme des crétins en leur trouvant toutes les excuses possibles si ce n’est le manque de créativité ou de réelle envie), il fallait bien que le charismatique Tyler fasse parler de lui. Enfin, déjà, s’être engueulé avec son groupe parce qu’il préfère aller évaluer des faux talents à la Nouvelle Star américaine histoire de remplir son compte en banque et qu’on le voit encore plus sur les écrans ne lui a pas suffit, il fallait qu’il continue et qu’en feintant la nouveauté, il nous sorte un morceau de derrière les fagots, que la bande à Joe Perry a toujours refusé tellement ils le trouvaient mauvais. (It) feels so good sent le gros tube de l’été, qui va tenter de passer sur les plages et qui, espérons, va se planter monumentalement. Parce que c’est de la composition bien mauvaise, boite à rythme oblige. On ne crachera sur les performances vocales de Tyler, qui n’ont rien de mauvais, comme d’habitude, mais pour en faire ça. Je n’en dirai rien de plus, découvrez, les fans idiots trouveront sûrement l’occasion d’adorer, mais il ne faut pas exagérer, sans Aerosmith, Steven Tyler n’est rien, et il a clairement besoin de ses acolytes pour composer.

Angry Jim

Split N’ Shit – Iron Chic

Publié: 2011/05/02 par unlimitymusic dans Critiques, Rock
Tags:,

Cover de l'EP

Nouvelle semaine mais nous restons dans l’éveil des sens, comme vous avez dû le voir en ce moment on trouve d’excellents artistes rien que pour vous. Dans celle d’aujourd’hui j’aimerai vous parler du groupe Iron Chic et son nouvel EP Split N’ Shit qui est sorti en promotion de sa tournée européenne qui se déroule en ce moment même.

Phil Douglas donne de la voix sur la majorité des pistes en jouant sur sa « gravité » vocale notamment sur « Those Heads Are Our Heads » où la suavité alliée au dynamisme de l’instrumental donne un résultat excellent. D’ailleurs parlons des musiciens qui semblent eux aussi être mit à contribution et en avant sur « Climate Is What We Expect, Weather Is What We Get, … » et « Langoliers » même si cette dernière comporte plus de parties chantées, la guitare est plus « forte » que la voix. Pour finir cet EP, « Jet Ski (Bikini Kill) » une  voix étouffée qui fait une petite originalité même si c’est pas spécialement ce que l’on préférera dans l’écoute.

Trois pistes excellentes, une en déca mais au fond avec les groupes aussi géniaux on ne retiendra que le meilleur. Split N’Shit est un bon EP à déguster avant les beaux jours.

Méchet Jean

Tracklist :

  1. Those Heads Are Our Heads
  2. Climate Is What We Expect, Weather Is What We Get …
  3. Langoliers
  4. Jet Ski (Bikini Kill)

Fly By Nights – Brother

Publié: 2011/04/30 par unlimitymusic dans Critiques, Rock
Tags:,

Cover de l'EP

Brother est le groupe dont on en dit le plus grand bien en ce moment, il prône le bon rock’n’roll comme le faisait en son temps Oasis. Ce n’est pas un hasard si la presse anglaise a déclarée « que Brother a écrit les chansons qu’Oasis n’a pas eu le temps de faire », une comparaison plus que méritée tellement cet ep Fly By Nights est réussi !

Un petit quatre pistes rempli de sonorités puissantes et dynamiques, on ne peut même pas citer un exemple tellement c’est constant dans le haut niveau. On peut cependant dire que l’aisance dans l’instrumentale et la partie chant sont assez époustouflantes pour un jeune groupe, du plaisir dans les oreilles… C’est ça Brother, du bon rock comme on l’aime et comme on aimerait qu’il soit plus souvent. Si je devrais choisir une piste je dirai « Darling Buds Of May » parce qu’elle ouvre parfaitement bien l’ep, en ressortant de manière positive les influences de la scène anglo-saxonne ou tout du moins lorsqu’elle était à son apogée.

Brother se montre digne de ses prédécesseurs en nous offrant cet EP.

Méchet Jean

Tracklist :

  1. Darling Buds Of May
  2. High Street Low Lives
  3. Fly By Nights
  4. David

Gospel – Fireworks

Publié: 2011/04/29 par unlimitymusic dans Critiques, Rock
Tags:,

Cover de l'album

Ça faisait un bail que je ne vous avez pas gâtés en vous sortant une grosse exclue en matière de chronique, je répare cette erreur dès aujourd’hui avec celle du dernier album de Fireworks qui se nomme Gospel !

Ce groupe avait fait beaucoup parlé de lui avec son premier opus, All I Have To Offer Is My Own Confusion, par son côté punk bon public il avait réuni pas mal de nouveaux adeptes mais pourtant ça ne semblait pas satisfaire notre petite bande, une nette évolution se fait ressentir dans Gospel. Qu’en penseront les fans des premiers jours ? Cette nouvelle sortie aura-t-elle autant de succès ? Autant d’interrogations qui semblent être balayées dès la première écoute.

Pour avoir apprécié le premier album, j’ai été étonné par ce nouveau skeud. Il semblerait que Fireworks ait mis davantage l’accent sur le chant qui semble toujours aussi fougueux tout en ayant une certaine netteté dans les graves. Une certaine stabilité vocale ne fait pas de mal et ça se ressent sur des pistes comme « Arrows » ou encore « Teeth » qui sont absolument magnifiques à entendre surtout la dernière nommée car elle possède un côté punk sudiste prononcé et cela ne peut se faire qu’avec la présence d’excellents musiciens. De ce point de vue aussi il y a une légère évolution, les compositions semblent plus travaillées, l’exploitation des capacités de la bande semble avoir atteint son paroxysme tant la qualité instrumentale se fait présente sur « Xs on Trees » où l’on commence délicatement avant de chuter dans des sonorités complétement inédites, ce qui n’est pas plus mal en fin de compte. Cependant l’innovation ne veut pas forcément dire renier son empreinte artistique, « We’re Still The Pionners » en est la preuve et le pire c’est qu’on ne peut qu’approuver le titre lorsque l’on entend les pitchs de Mckinder sur des pistes telles que « Summer » mais encore « The Wild Bunch« . Rien de comparable avec le premier album qui partait dans tous les sens, non, ici on a une certaine cohérence dans les compositions qui sont mieux travaillées c’est ainsi, qu’à mon sens, on ressent le réel talent de Fireworks.

Gospel n’est pas une suite de All I Have To Offer Is My Own Confusion, mais je suis certain que le 24 mai 2011 lorsque vous aurez écouté ce petit bijou vous tomberez sous le charme du « new style » que nous a concocté le groupe américain.

Méchet Jean

Tracklist :

  1. Arrows
  2. I Was Born In The Dark
  3. Xs on Trees
  4. We’re Still Pioneers
  5. Teeth
  6. Oh, Why Can’t We Start Old And Get Younger
  7. Summer
  8. Life Is Killing Me
  9. I Am the Challenger
  10. Paintings Of Paul Revere
  11. I Locked My Time Capsule
  12. The Wild Bunch

Delayrium – Jah Acid Dub

Publié: 2011/04/29 par unlimitymusic dans Critiques, Electro
Tags:,

Cover de l'album

Avoir une identité propre est tellement difficile, de peur de ne pas vendre on en oublie l’essentiel : prendre du plaisir à jouer. Jah Acid Dub, bien que méconnu est loin de ce cliché du mec qui crache sur son talent pour faire comme tout le monde. Non non, lui c’est plutôt de la bonne dub alliée à de l’acid, un mélange détonnant qu’il obtient grâce à sa machine chouchoute la Roland TB303. Fort de ses talents de « créateur » il nous offre un album Delayrium aux sonorités diverses et variées tout en gardant les pieds sur terre avec des compo’ qui ne souffrent pas le surfait.

Écouter d’un seul trait, c’est ce que je peux conseiller de mieux puisque de cette manière on peut sentir les différentes influences que composent Delayrium. On peut passer par des sons plus reggae avec des voix samplées de rasta comme sur « Dub Prophecies » tout en passant par une intro aux allures de 8-bit sur « I Rule My Own Spirit In Dub » puis par moment on tombe carrément dans de l’ambient avec « In Control Dub » où les voix sont « prenantes », ne nous laissons pas attendrir puisque vient « Strictly Add Dub » qui est autrement plus psychédélique et un peu moins atmosphérique par son côté dynamique. Beaucoup de mots en -ique qui nous font dire que pour l’instant nous tapons dans l’art stratosphérique tout en évitant le côté excentrique en retombant dans le reggae avec « The Enlightened Way In Dub« . La force d’un dubbeur ne réside pas seulement dans son talent pur mais également dans les choix judicieux qu’il peut faire dans l’enchainement des pistes, là aussi c’est une réussite avec un combo « Higher Dub« , un très acid « Full Crisis Dub« , « Mr Bassie’s Version Galore » très ambient/atmosphèrique. Vous l’aurez compris, cet album Delayrium est une réussite et ce n’est pas les deux dernières pistes « Injection Dub » ou encore « Sacred Astral Dub » qui viendront me contredire.

La cohérence chez un artiste est devenue une denrée rare et lorsqu’en plus il possède sa propre empreinte musicale, on ne peut qu’applaudir ce genre de personne qui donne nettement plus de plaisir que les stars sur médiatisées ET il est français, comme quoi nous pouvons réellement être fier de nos artistes « éléctro ».

Méchet Jean

Tracklist :

01 – Dub Prophesies
02 – I rule my own spirit in Dub
03 – In Control Dub
04 – Strictly add Dub
05 – The enlightened way in Dub
06 – Higher Dub
07 – Full crisis Dub
08 – Mr Bassie’s Version Galore Dub
09 – Injection Dub
10 – Sacred Astral Voyage Dub

Cry Havoc – Destrophy

Publié: 2011/04/28 par unlimitymusic dans Critiques, Metal
Tags:,

Cover de l'album

Une deuxième sortie chez Victory pour le groupe Destrophy et déjà une certaine lassitude semble s’être installée … Après avoir écouté ce nouvel album, Cry Havoc, j’ai l’impression d’entendre la même chose qu’il y a deux ans. Attention, je ne dis pas que c’est mauvais tout simplement que j’ai un air de déjà vu donc si vous n’êtes pas fans vous ne ferez sans doute pas attention et vous trouverez cet album excellent, car il l’est !

Destrophy obtient un certain équilibre dans ce métal mélodique qu’il nous offre à coup de gros riffs tout en tombant parfois dans le cliché, du bon et du moins bon voilà comment je pourrai résumer cette nouvelle sortie de la bande américaine.

Nous entrons dans le vif du sujet avec l’éponyme qui démarre en trombe, riffs et voix puissantes ouvrent instantanément les portes de l’univers du groupe sur une chanson de bonne facture. L’écriture est le gros point positif de cet album avec des chansons comme « We Are Alive » ou encore « Seven Nights » qui sont plutôt réussies même si on sent une grosse influence rock 90′, un peu de Bon Jovi dans les veines sans contestation possible. Vous allez me dire où est le soucis lorsqu’on se laisse influencer par des bons artistes ? Tout simplement, qu’on le sent beaucoup trop et c’est ce qui est dommageable, enfin je trouve. « All My Life » vient faire remonter l’album dans mon estime avec sa ligne instrumentale très heavy et une voix criarde pas du tout dégueu’, c’est là que le groupe excelle … Dans la surprise. Je ne peux pas dire que je ne suis pas surpris, d’ailleurs lorsque Mihalpoulos lâche la bride de sa guitare ça envoie du lourd comme sur « Misery« , on ne s’y attend tellement pas que l’on rejette tous les défauts décelés jusque là, comme sur « Still Bleeding » où l’intro vocale semble sortie d’un autre temps. Quelques accrocs ne viendront pourtant pas entachés le plaisir que l’on peut prendre à écouter cet album et surtout pas la ballade, « Hello« , qui clôture à merveille ce nouvel opus.

Si vous êtes fans de métal mélodique et que vous ne connaissiez pas encore Destrophy, Cry Havoc est fait pour vous. Pour les autres laissez vous tout de même tenter car vous ne le regretterez pas !

Méchet Jean

Tracklist :

  1. Cry Havoc
  2. We Are Alive
  3. Seven Nights
  4. All My Life
  5. Still Bleeding
  6. Closer
  7. What Would We Say
  8. Misery
  9. It Ends Tonight
  10. Hello