Archives de la catégorie ‘Metal’

Cry Havoc – Destrophy

Publié: 2011/04/28 par unlimitymusic dans Critiques, Metal
Tags:,

Cover de l'album

Une deuxième sortie chez Victory pour le groupe Destrophy et déjà une certaine lassitude semble s’être installée … Après avoir écouté ce nouvel album, Cry Havoc, j’ai l’impression d’entendre la même chose qu’il y a deux ans. Attention, je ne dis pas que c’est mauvais tout simplement que j’ai un air de déjà vu donc si vous n’êtes pas fans vous ne ferez sans doute pas attention et vous trouverez cet album excellent, car il l’est !

Destrophy obtient un certain équilibre dans ce métal mélodique qu’il nous offre à coup de gros riffs tout en tombant parfois dans le cliché, du bon et du moins bon voilà comment je pourrai résumer cette nouvelle sortie de la bande américaine.

Nous entrons dans le vif du sujet avec l’éponyme qui démarre en trombe, riffs et voix puissantes ouvrent instantanément les portes de l’univers du groupe sur une chanson de bonne facture. L’écriture est le gros point positif de cet album avec des chansons comme « We Are Alive » ou encore « Seven Nights » qui sont plutôt réussies même si on sent une grosse influence rock 90′, un peu de Bon Jovi dans les veines sans contestation possible. Vous allez me dire où est le soucis lorsqu’on se laisse influencer par des bons artistes ? Tout simplement, qu’on le sent beaucoup trop et c’est ce qui est dommageable, enfin je trouve. « All My Life » vient faire remonter l’album dans mon estime avec sa ligne instrumentale très heavy et une voix criarde pas du tout dégueu’, c’est là que le groupe excelle … Dans la surprise. Je ne peux pas dire que je ne suis pas surpris, d’ailleurs lorsque Mihalpoulos lâche la bride de sa guitare ça envoie du lourd comme sur « Misery« , on ne s’y attend tellement pas que l’on rejette tous les défauts décelés jusque là, comme sur « Still Bleeding » où l’intro vocale semble sortie d’un autre temps. Quelques accrocs ne viendront pourtant pas entachés le plaisir que l’on peut prendre à écouter cet album et surtout pas la ballade, « Hello« , qui clôture à merveille ce nouvel opus.

Si vous êtes fans de métal mélodique et que vous ne connaissiez pas encore Destrophy, Cry Havoc est fait pour vous. Pour les autres laissez vous tout de même tenter car vous ne le regretterez pas !

Méchet Jean

Tracklist :

  1. Cry Havoc
  2. We Are Alive
  3. Seven Nights
  4. All My Life
  5. Still Bleeding
  6. Closer
  7. What Would We Say
  8. Misery
  9. It Ends Tonight
  10. Hello

 

Cover de l'album

 

Reckless and Relentless hein ? Bah oui c’est bien le deuxième album de Asking Alexandria qui nous prouve que l’on peut suivre une certaine évolution tout en gardant les bonnes choses, qui faisaient la renommée des groupes anglais durant les années 90′, c’est à dire des sonorités lourdes alliées à des sons plus électroniques. Un CD n’aura jamais aussi bien porté son nom car il est endiablé et implacable, pas l’ombre d’un doute là dessus.

Après un premier album Stand Up And Scream plutôt bien reçu par la critique et le public, les british nous reviennent donc avec un album dopé aux amphét’ !

Terriblement musclé dès l’intro « Welcome » avec des guitares toujours aussi lourdes et des sons très rock qui, parfois se mélangent à des petits moments de trance comme sur « Closure« . Quelques fois on arrive à se poser, surtout par rapport à la voix qui cesse d’être trop criarde, c’est le cas sur « Someone, Somewhere » car oui, les vocalistes nous offrent encore des compositions bourrés de « grosse » dose de testostérone tout en alternant des parties chantées claires. Bref, une galette vraiment bien travaillée qui mérite le coup d’oreille, je vous conseille également la chanson « A Lesson Never Leard » parce qu’à mes yeux elle résume parfaitement tout le talent du groupe à tendre toujours vers la perfection.

Le quintette nous offre là, pour un deuxième opus, une musique loin d’être édulcorée et franchement tant mieux !

 

Méchet Jean

 

Tracklist :

  1. Welcome
  2. Dear Insanity
  3. Closure
  4. A Lesson Never Leard
  5. To The Stage
  6. Dedication
  7. Someone, Somewhere
  8. Breathless
  9. The Match
  10. Another Bottle Down
  11. Reckless And Relentless
  12. Morte et Dabo

 

Cover de la compilation

Soyons clair d’entrée, cette compilation bien que gratuite est d’un niveau international avec des noms bien ronflants dans le line-up, décidément Karoshi a vu juste avec Paris is Burning Volume 1.

De la musique qui part dans tous les sens et qui brule tout ce qu’elle touche, la cover résume parfaitement cet état d’esprit mais à mon sens c’est plutôt un CD pour sauver les manants des horribles goûts musicaux qui traversent nos contrées et nos jeunes, c’est une cure parfaite pour revenir dans le droit chemin de la véritable musique !

Ne nous le cachons pas, quand on voit les groupes qui composent cette compil’ on a tout de suite envie d’écouter le résultat, surtout que certaines chansons sont des exclu, c’est ainsi qu’on retrouve un nouveau Post Offense qui tape toujours plus haut ou un Proletaria qui envoie du pâté comme jamais. Pourtant l’exclu ne réside pas uniquement dans les chansons mais également dans l’atmosphère qui entoure cette galette, c’est quelque chose de pesant et paisible à la fois, une certaine forme de paradoxe musical, merci Karoshi.

Bon assez patienter, on passe enfin à l’analyse complète parce que tous les artistes de Paris is Burning méritent un gros big up tout de même !

 

Kitape MaswavKlone : j’ai rarement connu meilleure intro pour un CD, les guests plantent déjà le décor qui se veut furieux et entrainant.

Seriously Proletaria : dans mon petit speech, je disais que ça envoyait du pâté mais en fait c’est bien plus que cela, ce serait plus un pâte qui aurait fait un level up, avec une voix bien criarde et une instru’ diabolique cette exclu est clairement une ÉNORME réjouissance.

Acted Out (ft Niko de The Arrs)Memories of a Dead Man : j’avais déjà fait une chronique de ce groupe que j’avais déjà encensé et bien je recommence, la composition est d’une justesse rare à tel point qu’elle s’imbrique immédiatement dans l’univers de la compil’ et cela associé à la voix de Niko du groupe The Arrs, un mélange explosif.

Baby, The Just Want Your BodyThe Prestige : l’une de mes découvertes, je ne connaissais pas du tout, je dois dire que je ne m’intéresse pas trop à la scène française mais quand je vois un groupe comme celui-ci mettre autant le paquet, je vais les suivre assidument. Une voix hurlée tellement juste que ça en devient indécent pour quelqu’un comme moi en plein apprentissage.

Ideal Means NothingAdmiral’s Arms : un refrain entrainant, pour lequel on prend du plaisir a bouger la tête (même seul dans sa chambre c’est faisable) et des riffs fougueux pour une bande qui regorge de talent.

We Woke Up Evil (ft Becko)Post Offense : une de mes chansons préférées sur cette galette, une composition qui me rappelle la scène post-hardcore anglaise, celle que j’affectionne particulièrement. Les growl associés à une voix claire, on succomberait tous.

ForeignersEsjan : deuxième découverte et que dire si ce n’est que j’aime (je vais encore me faire traiter d’emo mais tant pis), les back voice sont justes excellentes et les growl tombent au bon moment, l’instru’ ne laisse pas indifférent non plus, en clair c’est encore du très bon !

The FallBeyond The Dust : un énorme coup de cœur aussi, la compo’ est dans la même veine que le reste, la voix est souvent juste et clair, ce que j’apprécie parfois et un bon solo de gratteux ça ne fait pas de mal non plus

 

On est arrivé à la moitié de la compilation, vous tenez le coup j’espère car la suite est du même acabit !

 

Hidden Side of DemocracyJarell : là on a le droit à une excellente intro avec une gratte et une batterie furieuses qui viennent s’accommoder à une voix assez grave et une plus claire sur le refrain, une recette qui fonctionne bien depuis le début.

Ten Miles UndewaterAtlantis Chronicles : on parlait de guitare juste au dessus et bien dans cette chanson elle est très présente, ce qui est un gros point positif puisque juste là, ça avait été que par petit coup d’éclat et de solo.

The Right hand of ChaosLokurah : chanson plutôt courte par rapport aux autres, on la sent pas passer tellement c’est un régal et qu’on se laisse submerger par l’univers du groupe.

Profil BasCheckmate : une ligne instrumentale furieusement rapide et une présence vocale assez impressionnante, pour une chanson avec un titre français, troisième découverte pour moi.

My RideWürm : chanson encore plus courte que The Right hand of Chaos mais quel plaisir à entendre, des instruments furieux associés à une voix criarde, on regretterait presque sa longueur …

And Nobody CaresRise of Echoes : je ne vais pas répéter ce que j’avais déjà dis dans ma chronique sur leur EP je vous invite à la lire mais je trouve qu’elle est dans le même univers que les pistes précédentes !

Beretta6H33 : quatrième découverte, des sonorités originales et une atmosphère assez unique, je pourrais laisser parler mon côté geek et dire que cette chanson serait bien sur un jeu vidéo mais je vais me contenter de dire qu’elle est simplement sublime et qu’elle nous entraine dans un monde assez psychédélique

Word and HolidaysHwi Noree : dernière piste et pas la moindre, ça part dans tous les sens et les instruments sont clairement dans le coup, mais la voix criée reste la plus présente, c’est un peu le bouquet final de la compilation.

 

J’espère que vous prendrez autant de plaisir à lire cette chronique que j’en ai eu à l’écrire tout en écoutant, pour la deuxième fois le Paris is Burning Volume 1. Grosse réussite pour Karoshi, j’attends déjà impatiemment le volume 2 et quitte a faire chier les voisins autant que ce soit avec de la bonne musique !

Méchet Jean

 

La tracklist est dans l’ordre des morceaux de la chronique, et cette compilation est en téléchargement libre sur Jamendo.

Un nouveau départ pour Akentra

Publié: 2011/02/18 par unlimitymusic dans Critiques, Metal
Tags:,

La pochette de l'album « Asleep »

Depuis quelque temps on me propose de nombreuses chroniques et autres critiques, de quoi me plaint-je me direz vous puisque ça fait marcher mon business ? Simplement parce que du coup je suis enfermé comme un ermite mais pour cette fois je ne me plaindrai pas, promis ! Car c’est pour les beaux yeux mais surtout la voix de Lucia Ferreira du groupe Akentra.

En effet, en ce mois de février sort leur premier album « Asleep », continuation de leur premier EP sorti en 2009 et bien on peut tout simplement dire que c’est encore une fois génial avec un grand G.

Je me renseigne et lis un peu les autres chroniques de mes confrères, je ne vous le cache pas, et je dois dire que je suis déçu par ce que j’ai pu en lire car pour moi ce premier album est largement à la hauteur des moyens que ce sont donnés les artistes surtout pour une autoproduction. Donc je vous donne ma propre analyse peut-être de fanboy mais ça reste un avis.

Niveau vocal que dire, on ne peut qu’encenser Lucia qui a probablement l’un des plus beaux timbres de voix que connait la scène du gothic métal française. Les américains ont Amy Lee, nous on a Lucia Ferreira, what else ? Les chansons ne souffrent d’aucun soucis de prononciation qui est assez rare pour les groupes français qui se sabordent avec des textes en anglais. On retiendra ses performances vocales sur « Alive » et sa douce voix sur « Alone ».

Mais il n’y a pas que le chant qui est remarquable, lorsqu’on entend l’instru’ on s’aperçoit que le titre de l’album est loin d’être juste car les compositions sont loin d’être endormies, bien au contraire elles sont énergiques et nous offre une variété assez intéressante notamment sur le titre éponyme.

D’un point de vu général on peut dire que cet album est diversifié, avec des moments plus intenses et bruts « New Game » ou des instants calmes où on aurait des envies de gros câlins (oui on se sent seul lorsqu’on est ermite) sur la piste « My Left Foot ».

Pour conclure (oui c’est déjà la fin désolé) je dirai que c’est un album qu’il faut mettre entre de nombreuses mains afin de savourer la vraie musique comme on l’aime, bien cousue et bien menée et surtout très bien représentée par toute la petite bande (Steve Tilmant, Stéphane Rayot, Habib Mas, Thomas Boileux et Lucia Ferreira), du bon gothic métal élégant comme on en rêve.

Évidemment je vous force à acheter cet album !

Méchet Jean

La liste des pistes :

  1. Alive
  2. Do My Best
  3. Gimme Your Gun
  4. Asleep
  5. New Game
  6. Alone
  7. Daddy
  8. Make Up
  9. Just Close Your Eyes
  10. Follow Me
  11. My Left Foot
  12. Twelve

Pour plus d’informations :

Rise of Echoes

Publié: 2011/02/16 par unlimitymusic dans Critiques, Metal
Tags:

La pochette de l'EP « Rise of Echoes »

Rise of Echoes est un jeune groupe français de metalcore alternatif qui s’autoproduit depuis 2009, et pour le moins que l’on puisse dire c’est que cette situation est assez injuste car la bande fait preuve d’originalité, ils ont quand même pu sortir un EP qui se nomme sobrement « Rise of Echoes ». Les photographes ont un book, eux ont ce CD pour montrer l’étendu de leur talent.

Et du talent il y en a revendre, première piste « And Nobody Cares » et on sent l’influence du nu métal des débuts de Linkin Park avec des arrangements rythmiques et instrumentales puissants, associés à une voix post hardcore qui s’en suit sur toutes les autres chansons, pour offrir un EP de bonne facture pour une auto production et en libre service !

On attend la suite avec impatience.

Méchet Jean

La liste des pistes :

  1. And Nobody Cares
  2. 4
  3. Ways
  4. Falling
  5. It Comes Again

Pour plus d’informations :

Memories of a Dead Man concurrence Cupidon

Publié: 2011/02/08 par unlimitymusic dans Critiques, Metal
Tags:,

La pochette de l'EP « Maze »

Le 14 février prochain, il y a un événement à ne pas rater, c’est tellement évident que la question ne se pose même pas ! Je veux bien évidemment parler de la sortie de « Maze », l’EP signé par l’empreinte de la talentueuse bande Memories of a Dead Man (avouez que vous pensiez à la Saint Valentin) qui avait déjà fait sensation avec son album « Beyond the Legend » en 2009 qui lui même avait été la confirmation du talent affiché dans leur premier EP « Memories of a Dead Man » en 2007 (vous suivez ?), avec des sonorités tirant dans le trash cette nouvelle merveille n’a pas fini de faire parler d’elle sur la scène française.

Et dès l’écoute de la première chanson « Spoken Yet Never Heard » on entre dans le feu de l’action avec une intensité allant crescendo, une instru ‘ calme et posée qui dure une cinquantaine de secondes et là boum on est lancé et on en prend pleins les oreilles, la voix de Mike Armine (Rosetta) fait sensation et semble carrément encrée dans l’univers de la chanson.

Pour « Commotion » le groupe a eu la bonne idée de confier la partie vocale à une autre grosse voix de la scène métal française et ce n’est autre que Thomas (AqME) qui s’en donne à cœur joie et on peut dire que là aussi la mayonnaise prend bien.

Vient le tour de ma chouchoute car probablement plus soft avec des sonorités purement rock, il s’agit de « The Other Way Around » et là on retrouve encore une voix incontournable, celle de Yann Ligner (Klone), petite intermède qui fait du bien aux voisins car par la suite on reprend un certain ton trash avec « Lighthouse » et pour finir en beauté « The Great Escape » avec beaucoup de mélodie instrumentale assortie à une voix à la fois calme et puissante quand il le faut.

L’écoute de cet EP m’aura démontré que mes voisins n’aiment pas le métal mais qu’en plus on peut faire intervenir des artistes d’autres groupes sans jeter son identité musicale aux oubliettes, « Maze » n’est que la confirmation que le groupe peut perdurer dans la scène musicale française.

Méchet Jean

La liste des pistes :

  1. Spoken Yet Never Heard
  2. Commotion
  3. The Other Way Around
  4. Lighthouse
  5. The Great Escape

Pour acheter ce petit bijou, rendez vous dans les Fnac, Virgin et Amazon.

Pour plus d’informations :

Le rite d’Ashka

Publié: 2011/02/04 par unlimitymusic dans Critiques, Metal
Tags:,

La pochette du troisème EP « Ritual »

Ashka, jeune groupe français qui officie dans le domaine du death metal et du gothique nous offre avec « Ritual » une traversée entre rythmes démentiels et une voix féminine plutôt claire en suivant ainsi les traces de Within Temptation et Evanescence.

« The Romance Has an End » sorti en 2007 et « Breathe » sorti en 2008 avaient fait un carton auprès de tous, et bien deux-trois ans après on peut dire que le succès sera ENCORE au rendez-vous avec cet EP plein de vitalité et de pêche, huit pistes avec environ vingt-cinq minutes au total on pourrait croire que c’est court et bien c’est ce qui fait qu’on en veut encore !

Ce qui est bien avec cet album c’est qu’il s’enchaine à merveille et ça m’évite de débattre pendant une page sur chaque chanson car vocalement c’est propre passant de la voix claire de la chanteuse à quelques growl ou scream par ci par là qui font de la ligne vocale un mélange intéressant qui se sent tout au long de l’écoute. Quant à la ligne instrumentale on peut pas en dire grand chose, c’est « facile » enfin aucune prise de risque mais les compo’ sont faites pour coller à l’univers du groupe donc c’est pas vraiment un gros reproche tant cet EP est sublime.

Ashka un groupe en devenir dans l’univers du death !

A noter que le groupe sera en tournée dans quelques jours.

Méchet Jean

La liste des pistes :

  1. Nameless
  2. Ritual
  3. Flesh
  4. Breathe
  5. Struggle
  6. Sarcophage
  7. Like This
  8. Romance

Les membres du groupe sont :

Syhem Angel : Chant
Laurent : Guitare
Crypp : Basse
Eric : Batterie

Pour plus d’informations :