Archives de la catégorie ‘Interviews’

Questions aux Hurlements D’Léo

Publié: 2011/05/30 par unlimitymusic dans Interviews
Tags:,

Unlimity Music: Bonjour, tout d’abord pourriez vous présenter le groupe ainsi que ses membres ?

HDL : Bonjour, Depuis 1996 (!), Kebous et R1, guitaristes chanteurs figures de proue, pepito à le trompette, jojo, accordéon trombone, claviers ; et la 2e génération depuis 2008 :Juju, au saxo et à la guitare, joue dans les Touffes kretiennes, tout comme Vincent au violon et sax; à la batterie, Nicolas avait déjà remplacé l’ancien batteur à l’occasion…

 

 

Unlimity Music: Comment définiriez vous le groupe ?

HDL : Nous sommes un groupe de java punk chanson caravaning.

 

 

Unlimity Music: D’où vient le nom du groupe ?

HDL : Notre nom provient de la chanson Léo par les VRP.

 

 

Unlimity Music: Quelles sont vos inspirations ?

HDL : Nos textes ont un peu évolué en 15 ans, mais pour résumer on peut dire que nous sommes un groupe concerné par les problématiques sociales et politiques du monde qui nous entoure, peut être pas engagés mais ouvertement antiraciste et antifasciste, et à ce titre là, nous sommes assez enragés par tout ce que l’on essaie de nous vendre tous les jours et partout, du consommable comme des idées soit disant démocratiques mais qui ne sentent pas très bon.

 

 

Unlimity Music: Qu’écoutez-vous dans la vie de tous les jours ?

HDL: D’abord et avant tout le punk anglais et francais sur toute la période dite « alternative » et les « grands » de la chanson francaise. Ensuite viennent le hardcore (Refused, shellac, the ex…) le hip hop francais et américain, et puis le classique, le jazz, le rock, les musiques traditionnelles et actuelles de tout les pays… Plus sérieusement, nous sommes 8 avec plein d’influences diverses, tellement qu’il serait trop long de les citer toutes, et nous n’aimons pas nous mettre de barrières, considérant que la musique peut être bonne dans tous les styles, c’est d’abord une affaire de goûts, d’émotion et d’énérgie.

S’il faut faire un morceau qui mélange hip hop mexicain et rebetiko, on est partants.

Peu de gens le savent mais nous avons fait en 2007 un album qui s’appelle la république du sauvage, avec L’Enfance Rouge, qui est un groupe d’ »avant rock » expérimental, et qui sont très éloignés de la chanson française comme on l’entend, ou même de la fanfare berlinoise…

 

 

Unlimity Music: Vous avez entamé une tournée assez longue, n’est-il pas trop dur de trouver la motivation chaque jour ?

HDL : Il nous arrive d’être fatigués comme tout le monde, je pense, mais on relativise, on a la chance de faire un métier qui nous passionne et on s’amuse entre nous et avec les gens. Du coup sur scène, la motivation vient naturellement.

 

 

Unlimity Music: Sur quelle scène avez-vous aimé jouer ?

HDL : Chaque scène a ses petits plus et ses petits moins, et on a fait à la louche pas loin de mille dates en 15 ans, donc il y en a trop, et heureusement !! Les plus marquantes qui me viennent là l’esprit tout de suite : la scène world du Sziget à Budapest, la furie du public japonais à Fukuoka, le cntre culturel français de Brazzaville…

 

 

Unlimity Music: Une petite anecdote de tournée peut-être ?

HDL: Le réveillon du jour de l’an sur scène dans un énorme festival en Australie.

 

 

Unlimity Music: Votre album « Bordel de Luxe » est plutôt bien accueilli par les webzines, que ressentez-vous quand votre travail est reconnu à sa juste valeur ?

HDL : Ça fait plaisir, même si on est mal placé pour juger de la juste valeur de notre travail…. On est exigeants avec nous même et on se savait attendus au tournant, donc on a peut être encore plus travaillé que d’habitude.

 

 

Unlimity Music: Vous avez des projets après cette tournée ?

HDL : Oui, partir en vacances. Mais avant ça, pendant la tournée, nous préparons une mini tournée avec la ruda et deux morceaux pour l’album de Francesca Solleville, une grande chanteuse.

 

 

Unlimity Music: Un dernier mot pour les lecteurs de Unlimity Music ?

HDL: Portez vous bien, tenez vous mal.

 

Propos recueillis par Jean Méchet

 

 

Publicités

Rencontre avec Keisho Ohno

Publié: 2011/04/12 par unlimitymusic dans Interviews
Tags:

Keisho Ohno

C’est peu avant son concert à Paris que le maitre du shamisen, Keisho Ohno,  nous a donné un peu de son temps pour répondre à nos quelques questions.

 

Unlimity Music : Bonjour
Keisho Ohno : Bonjour

 

 

Unlimity Music : Vous êtes devenu à l’âge de 8 ans élève Chikuei Takahashi, avez-vous décidé de votre propre chef ou alors est-ce une décision faites par un membre de votre famille ?
Keisho Ohno : Ma mère jouait du Shamisen et son maitre était Chikuei Takahashi, et c’est comme ça que je suis devenu son disciple.

 

 

Unlimity Music : A 12 ans vous êtes devenu Natori, quel était votre sentiment à ce moment-là ?
Keisho Ohno : J’étais content, je me disais que je me rapprochais un peu du talent de mon maitre.

 

 

Unlimity Music : Vous venez de la ville de Niigata et en 2000 vous avez déménagé pour la ville d’Osaka, comment s’est déroulé le déménagement ?
Keisho Ohno : Comme j’avais besoin d’améliorer ma prestation sur scène notamment les entractes je suis allé à Osaka pour étudier

 

 

Unlimity Music : Vous avez fait des spectacles avec des artistes de différents champs, comment se sont passés ces spectacles ?
Keisho Ohno : Comme je sais uniquement jouer du Shamisen, j’ai fait des nombreux concerts avec beaucoup d’artiste.

 

 

Unlimity Music : En 2007 vous avez fait une tournée américaine, comment était le public comparé au public japonais ?
Keisho Ohno : Au Japon le public attend pour applaudir tandis qu’aux Etats unis le public applaudit de suite.

 

 

Unlimity Music : En septembre 2007 vous avez fait un concert à Berlin, comment était ce premier concert auprès d’un public européen ?
Keisho Ohno : En Europe, la musique classique a une longue histoire et je donc je voulais leur faire apprécier la musique joué au Shamisen.

 

 

Unlimity Music : En avril 2007 vous avez sorti votre premier album sous label discographique (shamisen tamashi), quel était votre sentiment à ce moment-là ?
Keisho Ohno : J’étais ravi de pouvoir faire connaitre la musique jouée au Shamisen au plus grand nombre de personne possible.

 

 

Unlimity Music : Vous avez fait une tournée en France, comment s’est déroulée cette tournée ?
Keisho Ohno : C’était différent de l’Allemagne mais comme j’ai pu faire apprécier la musique jouée au shamisen au public c’était une bonne expérience.

 

 

Unlimity Music : En 2010, vous avez tourné dans des stations de métro suite à une invitation de la RATP, comme était ce de faire des concerts dans un endroit aussi inhabituel ?
Keisho Ohno : Je n’aurais jamais pensé faire un concert dans un tel endroit, c’était une expérience intéressante.

 

 

Unlimity Music : En 2004 vous avez décidé de fonder le groupe Keisho Ohno with Tsugaru Shamisen SOUL qui mélange le son du tsugaru shamisen à des sonorités plus occidentales, comment vous est venue cette idée ?
Keisho Ohno : Cette idée m’est venue naturellement à force de collaborer avec des musiciens de divers horizons.

 

 

Unlimity Music : Pour ce groupe, vous avez choisi synthétiseur, trombone et batterie en plus du Tsugaru shamisen, pourquoi ce choix ?
Keisho Ohno : Je voulais avec un nombre réduit de personne prendre plaisir à faire de la musique.

 

 

Unlimity Music : Vous n’avez pas choisi d’instrument à corde grattée comme la guitare ou encore la contrebasse, est-ce à cause de leur sonorité voisine de celle du Tsugaru shamisen ?
Keisho Ohno : Ce n’est pas vraiment ça, j’ai choisi ces instruments afin de pouvoir mettre les sonorités du shamisen en avant.

 

 

Unlimity Music : Pourquoi ne pas avoir de chanteur dans votre projet musical ?
Keisho Ohno : Comme je voulais mettre en avant les sonorités du Shamisen, un chanteur n’est pas vraiment utile.

 

 

Unlimity Music : Vous avez choisi de lancer une carrière musicale avec ce groupe, pourquoi avoir fait ce choix plutôt que faire une carrière solo avec seulement le Tsugaru Shamisen ?
Keisho Ohno : Il y a beaucoup de musicien de shamisen qui font une carrière solo et je voulais faire quelque chose de totalement diffèrent.

 

 

Unlimity Music : Sur votre MySpace on peut entendre une reprise au Tsugaru shamisen du thème de James bond, est-ce par défi technique ou par un attrait pour ce thème ?
Keisho Ohno : Un peu des deux. Tout le monde connait le thème de James Bond et c’est pourquoi j’ai essayé de le jouer au Shamisen.

 

 

Unlimity Music : Vous avez sorti un nouvel album cette année, comment s’est passé l’enregistrement de cette album ?
Keisho Ohno : Nous avons beaucoup travaillé pour en faire un album intéressant.

 

 

Unlimity Music : Sur quel aspect avez-vous le plus insisté dans cet album ?
Keisho Ohno : Comme il n’y a pas d’instrument à corde frotté comme la guitare ou la contrebasse, cet album est axé sur les sonorités du shamisen.

 

 

Unlimity Music : C’est la troisième fois que vous venez jouer en France, est-ce que vous appréhendez le concert de ce soir ?
Keisho Ohno : Avant le concert j’étais tressé mais depuis que j’ai commencé à faire les balances je suis détendu.

 

 

Unlimity Music : Merci pour cette interview

Keisho Ohno : Merci à vous !

 

 

Propos recueillis par Benjamin Moretti

Quelques questions à Swine Diamond

Publié: 2011/04/05 par unlimitymusic dans Interviews
Tags:

Swine Diamond


C’est avec Kim du groupe Swine Diamond que nous avons le plaisir de vous faire partager cette interview.

Unlimity Music : Tout d’abord bonjour, pourriez-vous présenter le groupe dans sa globalité ainsi que chaque membre qui le compose ?

Kim : Yes, on est Swine Diamond, formation Sleaze Rock de St Etienne 42 (et ouais, des groupes comme nous existent dans ce coin là aha). C’est composé de Kim Saxx au chant, Oliver Screwer et Jessy Dante aux guitares, Laidz à la basse et Maxx à la batterie.

Unlimity Music : Comment vous-êtes vous formés ?

Kim : C’est Oliver et moi qui avons décidé de former ce groupe. Swine Diamond existe depuis 2008 mais ça se faisait toujours avec des types pas dans le truc. Un jour j’ai demandé à Oliver : « Ca te dit de monter un groupe au lieu de rester jouer seuls dans nos chambres ? », il a suivi et on a commencé à chercher des musiciens ! Pour le bassiste j’ai tout de suite pensé à Laidz avec qui j’ai longtemps été à l’école primaire mais pour le reste ce fut bien plus difficile. On a passé en revu plus d’une dizaine de batteurs qui ne voulaient pas s’investir à 100% dans le projet jusqu’à ce que pour le nouvel an 2009/2010 on rencontre Maxx qui nous a tout de suite interpellé tellement il était dingue aha. Pour les guitaristes on n’en a eu deux qui n’étaient pas à fond dans le truc non plus jusqu’à ce que je rencontre Jessy à un concert avec qui j’ai bien sympathisé, je lui ai proposé de venir répéter avec nous et c’est super bien passé.

Unlimity Music : Quelles sont vos inspirations ?

Kim : On est très inspiré par le Glam Metal 80’s comme Ratt, Skid Row, Mötley Crüe mais on écoute également beaucoup de groupes plus actuels comme Crashdïet et Vains Of Jenna.

Unlimity Music : D’où vient le nom du groupe ?

Kim : Ca vient d’Oliver et moi ça aussi. On est passé par tellement de noms pourris et tordus qui ne marquaient pas les esprits. On n’a pensé à ça car ça nous collait à la peau. Swine voulant dire Porc (l’image du mec sale) en anglais, cela nous symbolisait bien de par notre façon de faire des fêtes sans limites mais en ce qui concerne le Diamond je ne me souviens plus.

Unlimity Music : Que pensez-vous du manque de reconnaissance du Glam Rock en France ?
Kim : C’est à cause des médias à mon avis. Quand on regarde des pays comme la Suède on voit tout de suite que la France est un pays à part pour la musique (et pour bien d’autres choses je pense). Là-bas, dès que tu commences à avoir de la notoriété et à percer il n’est plus très difficile de passer à la télévision mais ici c’est tout autre chose, ils se taperaient presque dessus pour avoir leur place dans des émissions débiles et à la fin on voit des gens comme Diam’s ou BB Brunes sur nos écrans. Mais bon, ça commence à revenir et faut que ça continue car mine de rien il y a une scène Sleaze/Glam française qui commence à émerger avec des groupes comme BlackRain, FrenchKiss, Rakel Traxx et bien d’autres qui aident énormément cette communauté Glam française à redorer son blason.

Unlimity Music : Vous faites quelques concerts ce mois-ci, vous n’êtes pas trop stressés ?
Kim : On a un concert en Avril dans notre ville mais on n’est pas stressé pour un sou. En revanche en Mai on joue à Marseille pour la seconde édition du Glam Fest local et je dois dire qu’on flippe un peu de jouer avec des groupes ayant plus d’expérience que nous mais bon, c’est toujours pareil avant de monter sur scène.

Unlimity Music : De même, vous avez partagés la scène avec Tracy Gang Pussy ou encore Crushing Blow pour ne citer qu’eux, quel sentiment avez-vous ressenti à ce moment là ?
Kim : Avec Tracy Gang Pussy c’était assez cool mais le pire était avec Crushing Blow ! On était hyper stressé et on avait une expérience scénique vraiment pas énorme, mais ça c’est plutôt bien terminé. C’est toujours la même chose quand on joue avec des gros groupes, il y en a toujours un pour donner le bon conseil qui t’encourage à avancer.

Unlimity Music : Parlez nous de votre future démo
Kim : On est entrain de faire les dernières démarches pour pouvoir la sortir. Elle sortira certainement entre Juin et Juillet 2011 (si ce n’est pas avant). Elle s’intitulera « Swine This Year » et contiendra cinq titres.

Unlimity Music : Quels sont vos projets pour cette année ?
Kim : Faire le plus de concerts possible pour promouvoir la sortie de notre démo et nous faire connaitre un peu plus car de tout les groupes de Sleaze/Glam français on est certainement le plus récent. On n’a pas mal de projets qui commencent à se mettre sur pied.

Unlimity Music : Que peut-on vous souhaiter pour la suite de votre carrière ?
Kim : Ca va paraître un peu bateau mais réussir ? On se bouge le cul sans relâche pour arriver à quelque chose et si on continue sur cette voie je pense qu’on aboutira à quelque chose.

Unlimity Music : Un dernier mot pour vos fans ?
Kim : Le peu de fans qu’on n’a sont supers ! On espère en avoir plus d’ici peu et tous les revoir à nos concerts futurs. Après, pour tous ceux qui nous veulent du mal on s’en tape, qu’ils aillent se faire foutre.

Unlimity Music : Je vous remercie pour avoir pris le temps de répondre à mes questions.
Kim : Merci à vous !!!

Propos recueillis par Jean Méchet

Pour soutenir le groupe :

Questions à Seth Gueko

Publié: 2011/03/09 par unlimitymusic dans Interviews
Tags:

1) Parle nous de ton futur album Michto

Seth Gueko : il y a de nombreux feat dessus, comme Mister You, la Fouine ou Booba. Je peux pas dévoiler la tracklist mais vous en saurez plus bientôt, en tout cas il sort le 28 mars.

 

2) Quels ont été tes inspirations pour cette album ?

Seth Gueko : en passant par la case prison, il me fallait quelque chose pour m’évader et comme j’avais rien de mieux à faire, j’ai écris. Ça m’a mit un gros coup de pied au cul mais je suis toujours le même qu’avant.

 

3) As-tu un objectif d’albums vendus ?

Seth Gueko : franchement non, mais si je pouvais avoir un million de fan sur ma page Facebook et qu’ils me disent que je suis le meilleur, je m’en contenterai.

 

4) As-tu une petite appréhension ?

Seth Gueko : bien sûr, j’ai peur que les ventes soient pas bonnes. Quand tu passes du temps et que tu met toute ton énergie et ton engagement, tu attends un retour.

 

5) Que fais-tu de ton temps libre ?

Seth Gueko : je travaille énormément au quotidien, je prépare déjà le prochain album, sinon je bouge beaucoup.

 

6) Un futur album ?

Seth Gueko : oui, je suis déjà dessus et je prépare de multiples feat.

 

7) Quelle sera selon toi, la meilleure sortie de l’année ?

Seth Gueko : La Fouine a sorti un bon truc mais sinon, moi.

 

8.) Quel est selon toi le meilleur rappeur français ?

Seth Gueko : c’est dur de dire qui est meilleur, si tous les rappeurs sont là où ils en sont, c’est pas un hasard, je veux prouver que je suis le meilleur. En tout cas le meilleur punchlineur, c’est moi.

 

9) Tu as rencontré Booba, qu’elle a été ton feeling ?

Seth Gueko : j’ai travaillé avec lui sur Autopsie 3, c’est un mec cool et talentueux.

 

10) Comment cela se fait que tu sois moins médiatisé ?

Seth Gueko : je ne comprends pas non plus pourquoi je suis le moins médiatisé, mais au moins les gens pourront se dire qu’ils ont été les premiers à m’écouter.

 

11) Es-tu nostalgique du rap des années 90′ ?

Seth Gueko : oui, c’est vrai que c’était bien mais le rap était bien hier alors il n’y a pas de raison pour qu’il ne le soit pas demain.

 

12) D’où te viennent tes punch line ?

Seth Gueko : je peux dire que c’est inné, maintenant mon cerveau y est conditionné, comme la pluie tombe du ciel. Moi j’ai juste a ramassé mais il y en a plein sur Michto, tu verra.

 

13 ) Quelles sont tes influences ?

Seth Gueko : Bérurier Noir et la Mano Negra, j’ai été bercé par le rock alternatif.

 

14) Quelles sont tes influences humoristiques ?

Seth Gueko : Elie Semoun, Dieudonné pour sa controverse, De Funés pour ses grimaces, Dubosc pour sa beaufitude et Bigard parce que ça se rapproche beaucoup de ma musique.

 

15) D’où te viennent tes paroles ?

Seth Gueko : il s’agit toujours de mon expérience personnelle, je rap en connaissance de cause.

 

16) Quelle est ta chanson préférée ?

Seth Gueko : le poinçonneur des Lilas, des petits trous, des petits trous toujours des petits trous. J’adore.

 

17) Ça te dirait un Stade de France ?

Seth Gueko : évidemment, ce serait un gros kiffe de partager ça mais je peux aussi bien le faire dans des autres salles. J’ai beaucoup de fans qui me suivent régulièrement alors ce serait cool de partager avec eux.

 

18) Et si tu changeais de label ?

Seth Gueko : c’est pas possible, c’est comme une famille pour moi et je ne pourrai jamais les quitter. C’est comme un nom de famille, personne ne peut me le changer.

 

19) Et si tu crée ton propre label ?

Seth Gueko : oui pourquoi pas mais j’essaie déjà de me relever, après on verra.

 

20) Tu te revendiques gitan, es-tu un vrai gitan ?

Seth Gueko : je suis aussi gitan que Brad Pitt dans Snatch, je met en avant cette communauté parce qu’elle est marginalisée et j’essaie surtout de représenter les gens mis de côté.

 

21) Tu n’as pas la grosse tête, as-tu un secret ?

Seth Gueko : ça me fait plaisir ce que tu dis, je pense l’humilité. Les rappeurs sont tellement arrogants, le string du rap est tellement tendu qu’on pourrait faire une arbalète.

 

22) D’où tu tire ton nom de scène ?

Seth Gueko : du film « Une nuit en Enfer » où George Clooney joue le rôle de Seth Gecko, il a tellement la classe ce personnage.

 

23) Pourrai-tu faire un duo avec un rappeur international ?

Seth Gueko : oui, pourquoi pas. D’ailleurs récemment j’ai bien aimé un jeune allemand, ce serait un excellent contre-pied, mais en tout cas pas avec un artiste US.

 

24) Serai-tu capable de jouer avec un artiste inconnu ?

Seth Gueko : sans problème, pour moi le plus important c’est la punch line, pas besoin de notoriété pour ça.

 

25 ) À quand un film ?

Seth Gueko : quand j’aurai décroché un disque d’or, j’aimerai bien.

 

26) Que penses-tu du téléchargement illégal ?

Seth Gueko : je vais être un peu vulgaire et je vais donner une image un peu hardcore mais, je pense que c’est comme une fille qui suce mal, elle pense qu’elle fait du bien mais en fait non. L’artiste se fait chier pendant des mois pour offrir un beau CD et un beau livret donc la moindre des choses si vous êtes fans c’est de l’acheter, ou de le voler.

 

En tout cas si vous êtes fans de rap, achetez Michto qui sort le 28 mars 2011 !

Propose recueillis par Jean Méchet

Rencontre avec Thin Lizzy

Publié: 2011/03/06 par lumiyuki dans Interviews
Tags:, ,

Seulement quelques heures avant leur entrée en scène au BataclanRicky Warwick, le chanteur remplaçant du défunt Phil Lynott, nous consacre un peu de son temps pour répondre à nos questions.

Unlimity Music : Quels groupes vous ont influencés ?
Ricky : Et bien, Thin Lizzy bien entendu, mais aussi Motörhead, AC/DC, Johnny Cash, The Clash, … que des groupes cools !

Unlimity Music : Après la mort de Phil Lynott, le groupe semblait un peu égaré. Voulez-vous rester dans ce projet ?
Ricky : Oh oui bien sûr ! Pour moi c’est vraiment un honneur de pouvoir jouer ses chansons, c’est un rêve devenu réalité. Comme je l’ai déjà dit, Thin Lizzy est un de mes groupes préférés, alors je ne pouvais pas le croire quand les garçons m’ont demandé de le faire. J’en suis très heureux.

Unlimity Music : Voulez-vous enregistrer un album avec le groupe ?
Ricky : Peut être. C’est la question qu’on se pose souvent en ce moment. Je pense qu’on va faire plus de concerts cette année, en jouant de nouvelles chansons, et ensuite, si on se sent assez fière, on y pensera.

Unlimity Music : Avez-vous connu Phil ?
Ricky : Non, malheureusement.

Unlimity Music : Qu’est ce que vous en pensiez ?
Ricky : Je pense que c’était, probablement, l’un des hommes les plus fantastiques du rock’n roll. Je pense qu’il avait tout : un look très défini, il était un excellent musicien, un excellent chanteur, il écrivait de belles paroles, … Il était incroyable pour ça. J’aimais cet homme.

Unlimity Music : Ce n’est pas trop difficile de passer du heavy métal avec The Almighty, à du rock plutôt old school avec Thin Lizzy ?
Ricky : Bien, pas vraiment. Car je suis assez polyvalent, avec The Almighty je criais, mais là, c’est agréable de chanter, de poser sa voix un peu comme un crooner.

Unlimity Music : Pourquoi avoir arrêté The Almighty ?
Ricky : On est allé aussi loin qu’on le pouvait, on a pris du bon temps, on devait prendre des chemins différents. Mais on ne s’est pas quitté en mauvais termes !

Unlimity Music : Avez-vous d’autres projets solo ?
Ricky : J’ai déjà fait 3 enregistrements en solo, et je vais en faire un 4ième quand on aura terminé la tournée avec Thin Lizzy. Je n’ai pas encore eu le temps de l’enregistrer, mais j’aime travailler en solo également, et j’espère continuer autant que je le pourrai.

Unlimity Music : Que pensez-vous du rock aujourd’hui ?
Ricky : Je pense qu’il est plutôt bon, il y a des bons groupes, le rock est toujours en bonne santé ! Il y aura toujours des gens qui en écoutent, qui vont voir les concerts. Je pense que notre métier change avec la technologie, mais à mon avis, il y aura toujours des personnes qui voudront voir un bon concert.

Unlimity Music : Votre carrière est plutôt longue. Quel serait votre meilleur souvenir ?
Ricky : Je pense que ça serait mon travail avec Thin Lizzy, c’est un rêve, le groupe est revenu. C’est une grande opportunité, et on passe du bon temps.

Unlimity Music : Et le pire ?
Ricky : Hum, je pense que ça serait le travail avec les maisons de disques, mais je suis sûr que c’est dans tous les groupes la même chose. Par expérience, c’est quelque chose que je n’aime pas.

Unlimity Music : Quel est votre album préféré avec The Almighty ?
Ricky : Crank, c’était nos meilleurs jours avec le groupe, on était unis. Je pense que c’est le meilleur CD qu’on ait fait, et le plus fort !

Unlimity Music : Sur quelle scène avez-vous aimé jouer ?
Ricky : Au Milton Keynes, je jouais avec The Almighty avec Metallica, c’était fantastique ! Mais à Los Angeles. Ici aussi, j’ai beaucoup de bons souvenirs, et c’est vraiment ce que je recherche en étant ici.

Unlimity Music : Sur laquelle aimeriez-vous jouer ?
Ricky : J’ai eu la chance d’être allé un peu partout dans le monde, mais si je devais choisir, je dirai sûrement la Russie.

Unlimity Music : Que pensez-vous du public français ?
Ricky : Il est génial ! J’ai toujours passé de très bons moments ici, et c’est également ce que je recherche.

Unlimity Music : Un mot pour vos fans français ?
Ricky : Merci pour votre soutient, pour croire en nous ! Venez nous voir !

Interview réalisée par Deborah Nouet

Pour plus d’informations :

Unlimity Music : Pouvez vous présenter le groupe ainsi que tous les membres ?

Ben : Memories of a Dead Man est un groupe de post-hardcore/metal ambiant formé en 2006 à la base de morceaux que j’avais fait et rejoins de suite par Julien le batteur.

Il reste de la formation d’origine, Ben : guitare/composition – Julien : batterie/voix – Damien : basse/sample depuis 2 ans avec nous.

Julien : Et nous venons d’intégrer 2 membres, Tony à la guitare/chant et Thomas au violoncelle/piano/sample.

Unlimity Music : Comment vous êtes vous formés ?

Ben : Comme dis précédemment de notre rencontre artistique (entre Julien et moi).

Julien : Ben recherchait des musiciens pour son projet, ce qu’il m’a fait écouter à l’époque m’a tout de suite plu, par la suite d’autres personnes sont arrivées, parties… la vie classique d’un groupe quoi !

Unlimity Music : Quelles sont vos inspirations ?

Ben : Assez vastes, ça va autant des musiques de film que de choses que l’on peut lire et voir, c’est plus en fonction de notre état d’esprit et de ce que l’on a envie d’entendre et de ce que l’on ressent que les morceaux peuvent se développer. Puis les groupes que l’on apprécie vraiment nous inspirent également directement ou indirectement.

Julien : On écoute tous pas mal de choses différentes : Tool, APC, Underoath, Mastodon, Norma Jean, …

Unlimity Music : D’où vient le nom du groupe ?

Ben : Après avoir longuement proposé des tonnes de noms on est resté sur celui-ci qui correspondait aux thèmes des textes qui sont très souvent autour de l’homme; de ses failles, ses troubles, sa psychologie bref le parcours mental qu’un être humain peut rencontrer et développer tout au long d’une vie.

Julien : On voulait un nom en rapport avec la mémoire, et on s’est dit qu’à la fin de sa vie, la somme de souvenir d’un être humain est colossal … chargée d’émotions, de peine, de joies …

Unlimity Music : Unlimity Music a récemment écrit une petite chronique sur votre EP « Maze » qu’en avez vous pensez ?

Ben : On l’a trouvée plutôt juste et bonne donc rien a dire de plus que vous sur le sujet. On écoute l’avis des critiques mais même si il est arrivé peu de fois quelle soit négatives, on a notre opinion de ce que l on fait et de comment le développer comme une critique diras qu’elle préfère cela ou cela dans le disque la critique suivante dira l’inverse donc l’avis n est que suggestif et personnel quelque part !!!

Mais votre critique est juste en tout cas…

Julien : C’est difficile de répondre à ce genre de questions… Les critiques positives comme négatives sont toutes bonnes à prendre à partir du moment où le chroniqueur est impartial !

Unlimity Music : Faire venir des « gros » noms de la scène rock et métal française ça n’a pas été trop compliqué ?

Ben : Vraiment pas plus que ça. Pour Thomas ça c’est fait par ce que l’on se connaissait déjà un peu et qu’AqME apprécie Memories et inversement et pour Yann par ce qu’on apprécie Klone et sa voix vraiment, et que lui a accroché sur le titre.

Julien : Tout s’est fait naturellement en fait, Alex de The Prestige est un pote avec qui on avait envie de bosser depuis longtemps. On a contacté Yann de Klone car on adore tous sa voix, et le projet l’a emballé. On a contacté Thomas d’AqME par le biais de Julien (AqME aussi) qui a tout de suite accepté. Et Mike Armine est un artiste que l’on aime beaucoup également et qui a tout de suite accroché au morceaux.

Unlimity Music : Pensez-vous qu’il y a une certaine entente entre les groupes de cette scène justement ?

Ben : Oui beaucoup de groupes sont très potes la scène française est petite en fait. Donc se rencontrer ,se croiser, se parler est assez facile finalement. Moi je suis très pote avec The Arrs depuis 10 ans, les groupes du collectif Karoshi et la nouvelle scène screamo/djent.

Julien : Je pense que très peu de groupes ont une entente « franche ». On s’entend vraiment bien avec The Prestige, AqME, Proletaria …

Unlimity Music : Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Ben : Pour l’année 2011 on va développer au maximum cet EP car les retours sont très encourageants pour le moment : tournage de clip(s)… quelques concerts par-ci par-là, plus une petite tournée si tout va bien fin du 1er semestre 2011, puis la préparation du second album qui est en cours de composition.

Unlimity Music : Merci beaucoup pour cette interview et bon courage pour la suite de votre carrière que j’espère longue.

Ben : Merci à toi et nous espérons la même chose pour nous et pour vous !!!

Julien :  Merci beaucoup à toi !

Propos recueillis par Jean Méchet

Quelques questions pour Astings

Publié: 2011/02/17 par unlimitymusic dans Interviews
Tags:,

Unlimity Music : Pouvez vous présenter le groupe ainsi que tous les membres ?

Astings : Astings est un groupe de rock tout ce qu’il y a de plus banal au départ : une rencontre au Havre pendant les études puis nos premiers concerts dans des salles underground normandes et parisiennes. On a mis un peu de temps avant de livrer un premier album (« The Return Of The Swinging Monkeys » – 2009) et c’est vrai que cette sortie et toutes les expériences qui l’ont accompagnée ont marqué une grosse étape dans notre vie de groupe.

Le bilan était assez positif, mais on s’est posé beaucoup de questions en découvrant les réalités du music business… Au final, on joue notre musique sans se prendre la tête plus que ça et le line-up s’est stabilisé sur une formule à quatre :

Guillaume au chant, Pierre à la guitare et aux choeurs, Ben à la basse et aux choeurs, Yann à la batterie

Unlimity Music : Comment vous êtes-vous formés ?

Astings : Tu veux dire musicalement ? Guillaume joue du piano depuis l’âge de 2 ans, Yann a été élevé au gré des tournées par ses parents musiciens et nous sommes tous diplômés de Berklee College of Music ! 😉

Non non, rien de tout ça! Encore une fois c’est plutôt banal, même si certains d’entre nous sont passés par la case conservatoire, on a surtout appris sur le tas et de préférence sur scène. On commence à avoir de l’expérience à ce niveau et je pense que c’est la meilleure école quand tu fais du rock !

Unlimity Music : Quelles sont vos inspirations ?

Astings : On s’est toujours senti proches de la scène anglo-saxonne, avec des modèles comme Pink Floyd, les Kinks ou les Beatles, mais les nouveaux titres sonnent de plus en plus indie rock US à la Black Rebel Motorcycle Club, Dandy Warhols, Nada Surf, Kings of Leon…

Il y a beaucoup de musiques qui coulent dans nos veines, ça nous influence, mais de façon inconsciente…

Le thème de notre prochain album s’attaque à la notion de « finitude », chère aux philosophes, et on s’inspire davantage des petites choses de la vie, du cinéma, de bouquins… que du groupe rangé à côté de nous à la Fnac !

Unlimity Music : CQFD a dit que vous donniez un coup de vieux à Oasis, comment prenez vous ce compliment ?

Astings : Oasis est un groupe qu’on affectionne particulièrement et la comparaison nous flatte bien sûr !

Mais avec le temps, on a l’impression qu’Astings a gagné en personnalité et se détache de cette référence… Le timbre de voix de Guillaume reste assez proche de celui de Gallagher, alors on espère éviter le parallèle avec Beady Eye pour le 2e album! (mais on est pas contre faire leur 1ere partie!)

Unlimity Music : Lorsqu’on lit les critiques d’autres médias, on voit que vous avez une certaine côte de sympathie, qu’est ce que vous ressentez ? Un peu (beaucoup ?) fiers ?

Astings : Oui, on est nous-mêmes surpris du bon retour des médias, à l’heure où certains sont de véritables régies publicitaires, ça fait plaisir de voir que les portes ne sont pas complètement fermées aux artistes indés !

Malheureusement la musique traverse une telle crise que ça ne suffit pas pour se faire connaître et notre philosophie du « Do it Yourself » a atteint ses limites… Alors on cherche à se donner plus de moyens et on a plus peur de faire appel à l’extérieur. Par exemple, on vient de lancer un partenariat avec le site www.kisskissbankbank.com pour financer la sortie de l’album, on cherche aussi un éditeur pour placer nos titres en synchro, un tourneur…

Unlimity Music : Chose peu commune, l’un de vos chansons a été entendue sur le clip du Modem durant les élections européennes, pensez vous que rock et politique peuvent faire bon ménage ?

Astings : C’est eux qui nous ont contacté et passé commande quelques jours avant les élections européennes! A vrai dire, on se fout pas mal de la politique dans nos compositions mais c’était marrant à faire: on avait peu de temps et on a dû s’enfermer 48h en studio pour composer, enregistrer et mixer le morceau. On a ensuite eu plus de mal pour récupérer nos droits, mais c’est une autre histoire…

Unlimity Music : Que pensez vous des nouveaux groupes de rock français ?

Astings : Le rock n’a pas beaucoup de place en France alors qu’il y a un public qui s’identifie et s’intéresse vraiment au mouvement. On ne fréquente pas plus que ça cette nouvelle scène alors on ne va pas dire de bêtises… Mais c’est une bonne chose de voir la percée de certains groupes comme Archimede, Soma, Gush, Molly’s… et à une autre échelle Phoenix.

Unlimity Music : Vous allez de nouveau entrer en studio pour un deuxième album, pas de stress à l’horizon ?

Astings : On essaie de mettre à profit l’expérience des premiers enregistrements afin d’éviter certaines erreurs en studio, mais même quand tu t’y prends à l’avance, avec préparation et méthode, le temps passe vite et tu n’es pas à l’abri d’une surprise!

La production s’étale sur près de 9 mois entre la composition, la pré-prod, l’enregistrement, le mix, mastering… C’est beaucoup de boulot et on a hâte d’accoucher!

On a la chance d’enregistrer dans les studios de Z Factory Records, notre label puis de faire le master à Sterling Sound (NYC). Ce sont de gros moyens pour un groupe indé… Le projet est ambitieux et des gens nous soutiennent, c’est ça qui met le plus de pression!

Unlimity Music : Pour finir, après cet album, quels sont vos projets ?

Astings : Tourner principalement… C’est en live qu’on prend le plus de plaisir et qu’on fait le mieux notre promo ! En 2011 on se concentre sur la France, mais le booking est très difficile… pour des plans pas toujours réjouissants ! On vise surtout les festivals qui restent le moyen de toucher beaucoup de monde d’un coup, avec de bonnes conditions techniques (on fait de la musique de stade maintenant !).

On devrait tenter de s’exporter en Belgique, Grande Bretagne, Espagne en 2012… Mais un objectif à la fois!

Unlimity Music : Merci beaucoup pour cette interview.

Astings : Merci à vous et longue vie à Unlimity Music ! N’oubliez pas de nous soutenir sur KissKissBankBank ! 😉

Un groupe sympathique qui mérite bien mieux donc soutenez les au maximum !

Propos recueillis par Jean Méchet