Delayrium – Jah Acid Dub

Publié: 2011/04/29 par unlimitymusic dans Critiques, Electro
Tags:,

Cover de l'album

Avoir une identité propre est tellement difficile, de peur de ne pas vendre on en oublie l’essentiel : prendre du plaisir à jouer. Jah Acid Dub, bien que méconnu est loin de ce cliché du mec qui crache sur son talent pour faire comme tout le monde. Non non, lui c’est plutôt de la bonne dub alliée à de l’acid, un mélange détonnant qu’il obtient grâce à sa machine chouchoute la Roland TB303. Fort de ses talents de « créateur » il nous offre un album Delayrium aux sonorités diverses et variées tout en gardant les pieds sur terre avec des compo’ qui ne souffrent pas le surfait.

Écouter d’un seul trait, c’est ce que je peux conseiller de mieux puisque de cette manière on peut sentir les différentes influences que composent Delayrium. On peut passer par des sons plus reggae avec des voix samplées de rasta comme sur « Dub Prophecies » tout en passant par une intro aux allures de 8-bit sur « I Rule My Own Spirit In Dub » puis par moment on tombe carrément dans de l’ambient avec « In Control Dub » où les voix sont « prenantes », ne nous laissons pas attendrir puisque vient « Strictly Add Dub » qui est autrement plus psychédélique et un peu moins atmosphérique par son côté dynamique. Beaucoup de mots en -ique qui nous font dire que pour l’instant nous tapons dans l’art stratosphérique tout en évitant le côté excentrique en retombant dans le reggae avec « The Enlightened Way In Dub« . La force d’un dubbeur ne réside pas seulement dans son talent pur mais également dans les choix judicieux qu’il peut faire dans l’enchainement des pistes, là aussi c’est une réussite avec un combo « Higher Dub« , un très acid « Full Crisis Dub« , « Mr Bassie’s Version Galore » très ambient/atmosphèrique. Vous l’aurez compris, cet album Delayrium est une réussite et ce n’est pas les deux dernières pistes « Injection Dub » ou encore « Sacred Astral Dub » qui viendront me contredire.

La cohérence chez un artiste est devenue une denrée rare et lorsqu’en plus il possède sa propre empreinte musicale, on ne peut qu’applaudir ce genre de personne qui donne nettement plus de plaisir que les stars sur médiatisées ET il est français, comme quoi nous pouvons réellement être fier de nos artistes « éléctro ».

Méchet Jean

Tracklist :

01 – Dub Prophesies
02 – I rule my own spirit in Dub
03 – In Control Dub
04 – Strictly add Dub
05 – The enlightened way in Dub
06 – Higher Dub
07 – Full crisis Dub
08 – Mr Bassie’s Version Galore Dub
09 – Injection Dub
10 – Sacred Astral Voyage Dub

Publicités

Cry Havoc – Destrophy

Publié: 2011/04/28 par unlimitymusic dans Critiques, Metal
Tags:,

Cover de l'album

Une deuxième sortie chez Victory pour le groupe Destrophy et déjà une certaine lassitude semble s’être installée … Après avoir écouté ce nouvel album, Cry Havoc, j’ai l’impression d’entendre la même chose qu’il y a deux ans. Attention, je ne dis pas que c’est mauvais tout simplement que j’ai un air de déjà vu donc si vous n’êtes pas fans vous ne ferez sans doute pas attention et vous trouverez cet album excellent, car il l’est !

Destrophy obtient un certain équilibre dans ce métal mélodique qu’il nous offre à coup de gros riffs tout en tombant parfois dans le cliché, du bon et du moins bon voilà comment je pourrai résumer cette nouvelle sortie de la bande américaine.

Nous entrons dans le vif du sujet avec l’éponyme qui démarre en trombe, riffs et voix puissantes ouvrent instantanément les portes de l’univers du groupe sur une chanson de bonne facture. L’écriture est le gros point positif de cet album avec des chansons comme « We Are Alive » ou encore « Seven Nights » qui sont plutôt réussies même si on sent une grosse influence rock 90′, un peu de Bon Jovi dans les veines sans contestation possible. Vous allez me dire où est le soucis lorsqu’on se laisse influencer par des bons artistes ? Tout simplement, qu’on le sent beaucoup trop et c’est ce qui est dommageable, enfin je trouve. « All My Life » vient faire remonter l’album dans mon estime avec sa ligne instrumentale très heavy et une voix criarde pas du tout dégueu’, c’est là que le groupe excelle … Dans la surprise. Je ne peux pas dire que je ne suis pas surpris, d’ailleurs lorsque Mihalpoulos lâche la bride de sa guitare ça envoie du lourd comme sur « Misery« , on ne s’y attend tellement pas que l’on rejette tous les défauts décelés jusque là, comme sur « Still Bleeding » où l’intro vocale semble sortie d’un autre temps. Quelques accrocs ne viendront pourtant pas entachés le plaisir que l’on peut prendre à écouter cet album et surtout pas la ballade, « Hello« , qui clôture à merveille ce nouvel opus.

Si vous êtes fans de métal mélodique et que vous ne connaissiez pas encore Destrophy, Cry Havoc est fait pour vous. Pour les autres laissez vous tout de même tenter car vous ne le regretterez pas !

Méchet Jean

Tracklist :

  1. Cry Havoc
  2. We Are Alive
  3. Seven Nights
  4. All My Life
  5. Still Bleeding
  6. Closer
  7. What Would We Say
  8. Misery
  9. It Ends Tonight
  10. Hello

Legalize It – Kottonmouth Kings

Publié: 2011/04/27 par unlimitymusic dans Critiques, Rap
Tags:,

Cover de l'EP

Du cinéma à la musique il n’y a qu’un pas … Pour preuve, le groupe Kottonmouth Kings s’est fait connaitre grâce à Scream 2, quelques années plus tard (ça ne me rajeunit pas tout ça) il est toujours là. Comme aux premiers jours, il nous berce de musique hip-hop avec quelques touches reggae par-ci par-là. De retour en ce début d’année 2011 avec Legalize It, les huit lascars n’ont pas fini de nous épater.

Treizième année pour le collectif et il nous concocte encore des pistes comme « My Garden« , idéal pour se poser dans son canapé et juste prendre du plaisir avec des sonorités « exotiques ». Pourtant l’accrochage n’était pas gagné puisque « Stonetown » ne m’avait pas donné envie de continuer plus loin, la faute à une partie « chant » trop lassante mais j’ai bien fait de me raviser puisqu’on retrouve également « Rise Above » ou encore « Gangja Daze » qui redorent le blason du hip-hop en nous servant des sons et des beats que l’on retrouvait à l’âge d’or des excellents rappeurs, dans les 90′ c’était tellement mieux tout ça.

Kottonmouth Kings et plus particulièrement Legalize It nous ramène quelques temps en arrière tout en gardant le goût du jour, c’est un peu une prouesse ces temps-ci.

Méchet Jean

Tracklist :

  1. Stonetown
  2. My Garden
  3. Rise Above
  4. Soon Come
  5. Gangja Daze
  6. Defy Gravity

Action – Chaser

Publié: 2011/04/26 par unlimitymusic dans Critiques, Rock
Tags:,

Cover de l'EP

Si vous êtes habitués à la musique punk ce groupe ne doit pas vous poser de problèmes, bien qu’étant indépendant Chaser a su creuser son trou dans la pléthore de bandes keupon. Autrement, faisons une petite séance de rattrapage avec ce nouvel EP qui se nomme « Action« .

Après un album ayant reçu pas mal de bonnes critiques en 2010, Chaser nous revient donc avec toujours la même recette qui a fait leur succès. Des compositions courtes mais dynamiques aussi bien vocalement qu’instrumentalement ça fait mouche à tous les coups ! Dans cet EP on retrouve donc une vieille connaissance puisque la cinquième piste n’est autre qu’une version acoustique de « Status » où la voix de Mike LeDonne est mise en avant, de cette façon on peut s’apercevoir qu’elle convient parfaitement au style du groupe. Le style du groupe c’est quoi me demanderiez-vous ? Tout simplement un assemblage de riff furieux et de battements dynamiques alliés à une voix douce, posée qui se veut loin de la mode « scream » et « growl » à tout va. C’est ainsi que l’on prend du plaisir sur des chansons telles que « Awake » ou encore « In The Veins » mais ce qui est bien avec ce groupe c’est que l’on peut aussi avoir des pistes comme « Take This Shot » qui est une sorte de balade sur fond de guitare acoustique.

Un excellent EP pour bien débuter 2011 c’est tout ce que l’on pouvait attendre de Chaser, qui espérons le, viendra nous rendre une petite visite en France.

Méchet Jean

Tracklist :

  1. Action
  2. Take This Shot
  3. Awake
  4. In The Veins
  5. Status (acoustique)

The World As We Love It – Pushking

Publié: 2011/04/25 par unlimitymusic dans Critiques, Rock
Tags:,

Cover de l'album

Une ballade à la fnac, un petit passage au rayon CD côté hard rock/ metal, sans attendre grand chose. Ca m’a permis de trouver la pochette du dernier Within, que j’ai écouté et qui m’a bien fait rire, et de cet album, dans la session « nouveautés en écoute » sans quoi je ne l’aurai remarqué. Pochette anodine, sans fioritures mais avec inscrit des noms d’artistes qui m’ont fait tomber à genoux immédiatement. Un all-star project ? Mis à part le Jerry Lee Lewis, le dernier de ce genre que j’avais acheté était celui de Slash, la déception d’ailleurs en avait été grande, je me suis donc concentré sur une écoute « internet ».
Après une courte introduction très hard rock old school, on entame Nightrider avec un riff de folie, et le premier invité, Billy Gibbons, des ZZ top, groupe qui ne nous a rien apporté de bon depuis 20 ans, et à qui Pushking redonne une cure de jouvence. Un morceau explosif. Alors je me renseigne sur Pushking, groupe russe inconnu au bataillon qui pourtant est sur le marché depuis longtemps, et sur qui il va falloir très vite se pencher. Parce que le second morceau, It’ll be OK, nous fait découvrir leur vocaliste personnel, qui est plus que convaincant et invente Nuno Bettencourt, le virtuose d’Extreme, à la guitare.
Bref, occasion de voir ce que nos idôles sont capables de nous apporter aujourd’hui, c’est le grand Alice Cooper qui s’invite au miro sur Troubled love , encore un morceau plaisant qui nous laisse rêveurs sur le Welcome 2 my nightmare si attendu du Prince of darkness. Deux morceau plus tard, Cut the wire, c’est Paul Stanley de KISS qui se joint à la fête. Morceau assez adapté au groupe de l’invité, tous comme les autres, et même si Stanley est fatigué vocalement, la prestation du Hellfest 2010 étant ici confirmée, il sort largement son épingle du jeu, et la suite de Sonic Boom va être agréable. En plus de Nuno, Pushking invite d’autres guitaristes, Steve Vai par exemple, qui calme d’ailleurs son jeu excentrique pour bien s’adapter à l’ambiance « groupe », ce qui apporte une ballade plutôt niaise mais bien faite.
On retrouve Glenn Hughes, connu sur une courte période avec Deep Purple en 74, et qui depuis a eu une carrière plus qu’honorable, sur un Why don’t you où il apporte une voix suave, très « soul »et donnant un morceau à la fois calme et intense, probablement un des meilleurs de l’album. Maintenant, sautons quelques morceaux vers mon énorme coup de coeur, accompagné d’un des plus grands chanteurs du heavy metal, Udo ! Nature’s child est une bombe, dans la tradition Accept avec une personnalisation, la voix éraillée est ici ultra-puissante. Déçu par le nouveau single du gnome, Leatherhead, que je trouve mou et me fait peur pour le futur Rev Raptor annoncé en mai, je suis ici en phase avec Udo et raide dingue de ce morceau plein d’énergie. Et l’auditeur n’est pas au bout de ses surprises, on a Joe Lynn Turner, Jorn Lande et Steve Lukather qui feront partie des guests.
Après tout cela, difficile de conclure, the World as we love it sent bon la fraîcheur, reste la preuve qu’en 2011, on peut s’éclater sur du hard rock sans que ça semble réchauffé, et que les vieux sont loin d’être morts et risquent de nous surprendre. Long live rock n roll !
Angry Jim
Tracklist :
01. Intro
02. Nightrider – Billy F Gibbons (ZZ Top)
03. It’ll Be OK – Billy F Gibbons (ZZ Top) / Nuno Bettencourt (Extreme)
04. Troubled Love – Alice Cooper / Keri Kelli (Alice Cooper)
05. Stranger’s Song – John Lawton (ex. Uriah Heep) / Steve Stevens (Billy Idol)
06. Cut The Wire – Paul Stanley (KISS) / Stevie Salas (ex Bowie band)
07. My Reflections After Seeing The “Schindler’s List” Movie – Steve Vai
08. God Made Us Free – Graham Bonnet (ex. Rainbow, Alcatrazz)
09. Why Don’t You? – Glenn Hughes (ex Deep Purple)
10. I Believe – Jeff Scott Soto (ex. Journey)
11. Tonight – Glenn Hughes (ex. Deep Purple) / Joe Bonamassa
12. Private Own – Glenn Hughes (ex. Deep Purple) / Matt Filippini (Moonstone)
13. Open Letter To God – Eric Martin (Mr.Big)
14. Nature’s Child – Udo Dirkschneider (ex. Accept, U.D.O.)
15. I Love You – Dan McCafferty (Nazareth)
16. Head Shooter – Joe Lynn Turner (ex. Rainbow)
17. Heroin – Jorn Lande (Masterplan)
18. My Simple Song – Dan McCafferty (Nazareth)
19. Kukarracha – Joe Lynn Turner / Eric Martin / Glenn Hughes / Paul Stanley / Graham Bonnet / Steve Lukather (Toto)

The Hollow – Memphis May Fire

Publié: 2011/04/25 par unlimitymusic dans Critiques, Rock
Tags:,

Cover de l'album

En 2009, le groupe Memphis May Fire faisait ses grands débuts avec son album Sleepwalking qui était rempli de musique plutôt joyeuse avec une ligne instrumentale douce, une voix alternant les cris et les claires. Oubliez cet « essai », en 2011 c’est tout autre chose puisqu’ils ont décidés de se mettre à la mode en exploitant au mieux leurs possibilités et nous sortent The Hollow. Un changement partiel de line-up et tout s’effondre, cependant on peut trouver des sources de satisfactions comme le magnifique chant de Matt Mullins ou encore la puissance des guitares qui donnent un nouvel aspect aux texans. En signant chez Rise Records, MMF se renouvelle et est prêt à jouer dans l’impitoyable cour qu’est le post-hardcore.

Avec tous ces changements on obtient quelque chose de sympathique mais rien d’innovant pour la plupart des pistes, pourtant il y a matière à être étonné. C’est ainsi que l’on se retrouve sonné par la puissance de « The Sinner » qui ouvre le bal de façon énergique par la voix « grasse » de Mullins qui domine de manière positive la composition. Cette façon nouvelle de chanter est un gros point positif par rapport à leur précédent album. Le chant est souvent associé aux paroles et là aussi il y’a matière à être satisfait, lorsque l’on entend « The Victim » où l’on peut entendre « I was too blind to see that you were too deaf to hear me just know if I could go back this would all be different » c’est émouvant et ça touche forcément, là aussi on ne peut que dire « Bingo ». Il s’agit là de la meilleure piste qui soit. Loin des stéréotypes de la scène rock/emo récente, Memphis May Fire nous offre des compo’ quasiment vierge de sonorités éléctro, c’est une bonne façon de faire comme les autres tout en se démarquant un chouya, en ne jurant que sur les riffs et le tambourinement comme sur « The Commanded » le groupe offre à tous les musicos une occasion de « kiffer » la vibes. C’est bien cool de parler des points positifs mais il y a aussi des choses à rectifier, tout d’abord niveau titre où on tombe dans le cliché type de la musique d’emo avec des références à la religion (voir la tracklist) ou encore le trop plein de voix criardes qui fait quelque peu désordonné par moment.

En signant chez Rise Records, la bande aura probablement perdu les fans « old school » mais elle risque également d’en gagner avec ce nouvel album, The Hollow saura trouver son public auprès des jeunes accroc à la nouvelle scène rock et qui cherchent à être « in ».

Méchet Jean

Tracklist :

  1. The Sinner
  2. The Unfaithful
  3. The Victim
  4. The Abandoned
  5. The Deceived
  6. The Commanded
  7. The Burden (Interlude)
  8. The Haunted
  9. The Reality
  10. The Redeemed

Split – The Dopamines and Dear Landlord

Publié: 2011/04/24 par unlimitymusic dans Critiques, Rock
Tags:, ,

Cover de l'EP

Lorsque deux « monstres » de la scène punk se rencontrent ça fait des étincelles ! Cet EP est une excellente preuve, Split est le projet de The Dopamines et Dear Landlord qui n’ont plus besoin d’être présentés aujourd’hui.

Ils nous reviennent tous les deux avec cette release remplie de compositions punk et aux sonorités graves.

Quatre pistes qui nous permettent de passer une dizaine de minutes plutôt tranquille mais ne vous laissez pas endormir car vous serez immédiatement réveiller par l’intro diabolique de « Douglas Bubbletrousers » ou la voix perçante de « Neighbors« . En tout cas cette collaboration est plus que magnifique, un excellent EP en perspective.

Lorsque l’on est un inconditionnel de musique punk on ne peut pas passer à coté de Split !

Méchet Jean

Tracklist :

  1. Douglas Bubbletrousers
  2. Heads Up Dusters
  3. Neighbors
  4. A Little Left